11/06/2012

De nouveaux arrivants bouleversent la vie de l'immeuble!

e 001.jpg
Je suis le nouvel arrivant au 7 rue de la Galette, et je viens de m'installer dans une chambre sous les combles....


Je m'appelle Albert Paul. Je suis très serviable et honnête. J'ai 40 ans. Je suis un homme de faible hauteur. On dirait que je suis fatigué car je travaille beaucoup. Mon front est plissé avec un petit nez court et pointu.

   
    Mon visage est très ridé. J'ai des yeux noirs. J'ai de grands bras forts. J'ai le teint brun. Mes pieds sont grands. Mes mollets et cuisses sont fins. Comme je dresse des ours, j'ai eu dans le passé des blessures qui font que j'ai l'air malade. Je suis un dresseur d'ours.
  
    Mon ours s'appelle Georges. Il est gentil et toujours sage. Il est serviable car il m'aide pour gagner de l'argent. Il aime les enfants. Il y aura des spectacles avec mon ours dans la cour d'immeuble. Les spectacles montreront l'ours quand il se met sur ses pattes arrière, et quand il passe dans les cerceaux de feu.

10/06/2012

Le conclusion de l'ancien juge, Alphonse Montreuil

Annonce

 

D’après tout ce que je viens de voir je peux en conclure que George, l’ours de monsieur Paul est bien le coupable, car monsieur Paul n’a point de témoin concevable, et il pourrait bien en vouloir à madame Suzanne Marie Antoinette de la Fontaine d’avoir voulu faire une pétition contre l’arrivée de son ours.

De plus il était tout seul avec son ours pendant l’heure de l’intrusion, on peut en conclure qu’il a volontairement laissé son ours casser la porte et entrer, simplement pour effrayer la dame endormie dans son lit puisque aucune objet de valeur n’a été volé.

On peut dire que ce n’est pas un cambriolage ou quoi que ce soit, ce ne peut être que George l’ours de monsieur Paul.

        En conclusion George l’ours de monsieur Paul ne sera plus le bienvenu ici, et  monsieur Paul nous devra le dédommagement.

        PS : Expulsion immédiat de l’ours ou sinon on peut le manger.

A vous de choisir :

 

      Manger         ou          Expulsion immédiate de l’ours

Le mystère d’un soir…

 

 

 

 

 

C’était le 15 Juin 1900.

 

Monsieur Pierre Hugo ne s’attendait pas à vivre l’aventure que je vais vous raconter. Voici les faits qu’il m’a racontés :

 

Monsieur Hugo rentrait tranquillement de la bibliothèque où il avait puisé inspiration pour l’écriture de ses prochains livres. La rue était calme, il était 22 heures, en entrant dans l’immeuble, il entendit un cri assourdissant venu du 1er étage. Il se précipita vers les escaliers mais il fut arrêté par un frisson étrange. Malgré cette sensation, il continua son chemin vers l’endroit d’où venait le cri. Arrivé au 1er étage, il remarqua l’absence de lumière provenant des appartements.

 

Tout à coup, un bruit sourd provint de la chambre de la chambre de Suzanne Marie-Antoinette de La Fontaine. Malgré l’obscurité qui l’empêchait de s’orienter, il connaissait très bien les couloirs de l’immeuble. Pierre, effrayé, arriva devant la chambre de Suzanne Marie-Antoinette de la Fontaine, il essaya d’ouvrir la porte mais celle-ci était fermée à clé. Se demandant ce qu’il se passait, il eut l’idée de prévenir le concierge. Il s’apprêtait à emprunter les escaliers, avança de deux pas lorsque la porte derrière lui désormais, s’ouvrit soudainement.

 

Terrorisé, paralysé par la peur, il eut le courage de jeter un œil chez elle. Avançant a vitesse d’escargot, il poussa la porte et là, découvrit Suzanne Marie-Antoinette de la Fontaine évanouie. Il entendit la porte se claquer derrière lui et se retourna, pensant que quelqu'un était entré. Il s’avança vers Suzanne et la, vit une silhouette au fond de la pièce. Il s’empara d’une bouteille de verre posée sur la table comme objet de défense et s’avança doucement sans faire de bruit, mais il n’y avait personne.

 

Pourquoi Suzanne avait-elle crié ?

 

Qui était cette personne aperçue au fond de la pièce ?

 

Comment la porte s’est-elle ouverte ? Et refermée ?

 

Qui pourra nous répondre ?

 

Nous ne saurons jamais la vérité …

 

Ainsi se termine ce récit.

 

 

 

 

 

By Chéckéné & Elyass.4ème3